Accueil > musées > Fonds départemental d’art contemporain de l’Orne > Fanny Ferré (sculpture) - Un été ornais très contemporain

Fanny Ferré (sculpture) - Un été ornais très contemporain

evenement/fanny-ferre-sculpture-un-ete-ornais-tres-contemporain Fanny Ferré (sculpture) - Un été ornais très contemporain: - , at the Crypte Saint-André, Maison des Comtes du Perche, jardin public, médiathèque et Cinéma - Mortagne-au-Perche

Est-ce parce qu’elle naît de la terre que l’oeuvre de Fanny Ferré est tellement ancrée dans notre humanité au sens que l’on donnait au mot avant de lui adjoindre des adjectifs tels que "civilisée", "évoluée", "supérieure" qui résonnent comme un jugement de valeur et sonne le glas de ce qui reste en nous d’animalité ? J’aime l’idée que de la glaise puisse encore surgir tout un peuple qui nous ramène à l’essentiel. Ceux qui auront le bonheur de pénétrer dans le lieu hors du temps où l’artiste veille sur eux, succomberont à une intense émotion devant ces cortèges de nomades partis d’on ne sait où pour une destination inconnue, peut-être nulle part et cela importe peu. Ils avancent ensemble, hommes, femmes, enfants et animaux en une osmose qui n’est plus de notre temps.
300

GEO: (48.43747935448676),0.09591644438887938

Du 3 juillet au 3 octobre

Fanny Ferré (sculpture) - Un été ornais très...

Exposition

Crypte Saint-André, Maison des Comtes du Perche, jardin public, médiathèque et Cinéma - Mortagne-au-Perche (61)

  • Art

Est-ce parce qu’elle naît de la terre que l’oeuvre de Fanny Ferré est tellement ancrée dans notre humanité au sens que l’on donnait au mot avant de lui adjoindre des adjectifs tels que "civilisée", "évoluée", "supérieure" qui résonnent comme un jugement de valeur et sonne le glas de ce qui reste en nous d’animalité ? J’aime l’idée que de la glaise puisse encore surgir tout un peuple qui nous ramène à l’essentiel. Ceux qui auront le bonheur de pénétrer dans le lieu hors du temps où l’artiste veille sur eux, succomberont à une intense émotion devant ces cortèges de nomades partis d’on ne sait où pour une destination inconnue, peut-être nulle part et cela importe peu. Ils avancent ensemble, hommes, femmes, enfants et animaux en une osmose qui n’est plus de notre temps.

Ne parlez surtout pas d’exode même si des charrettes sont remplies d’objets quotidiens que l’on aurait pu vouloir sauver dans la hâte d’un départ précipité. Il ne s’agit pas d’êtres qui fuient la laideur mais d’une tribu libre, de ces seigneurs du désert qui, depuis les temps bibliques, parcourent l’immensité sans entraves matérielles, nous laissant dubitatifs quant à l’état de notre civilisation qui n’a de cesse de les réduire à la sédentarité tant il est vrai que le pouvoir a peur de l’insaisissable errance.

Le groupe, dans l’oeuvre de Fanny Ferré demeure toujours une référence primordiale qui bat en brèche l’individualisme forcené, signe de notre société contemporaine. On se retrouve autour d’une table pour de joyeuses ripailles en famille ou entre amis qui, désinhibés par la bonne chère et le vin, créent le désordre. Il n’y a point ici de préséance ni de propos convenus, on peut s’invectiver, on se réconciliera en trinquant. Affirmer son appartenance est sans doute un moyen de défier le temps et peut-être la mort elle-même. S’inspirant des photos de famille d’autrefois, où les générations réunies posaient pour la postérité, l’artiste rend hommage à tous ces anonymes qui, pendant quelques instants, se sont sentis immortels, ne pensant pas alors qu’un jour viendrait où, leur souvenir s’étant effacé, ils finiraient dans une quelconque brocante. Nostalgie d’un temps perdu ? Non, plutôt affirmation d’une permanence de notre condition que nous délaissons pour nous divertir.

Mais le travail de Fanny ne réside pas tout entier dans cette démarche à caractère sociétal, il lui arrive aussi de s’emparer de l’intimité des êtres pour nous livrer des scènes où la spontanéité le dispute à la sensualité. C’est une femme nue qui peigne sa longue chevelure, le bain d’un enfant assis dans une bassine qui offre son dos aux caresses de l’eau versée par sa mère, une petite fille qui s’essuie avec une volupté non dissimulée, parfois même c’est une jeune pisseuse qui nous rappelle que la nature est source de plaisirs simples. Si vous avez goûté à ces moments d’une insouciance primitive, loin de la blanche faïence de nos modernes salles de bain, vous retrouverez l’ineffable sensation de l’eau coulant le long de votre colonne vertébrale, miracle de la mémoire involontaire qui vous ramènera à une enfance oubliée. Vous comprendrez alors ce qui anime une artiste dont l’oeuvre singulière a depuis longtemps été reconnue. La liberté est son credo, elle refuse tout diktat pour cheminer auprès de ses nomades, partager avec ceux qu’elle a élus et vous dire que nous sommes aujourd’hui comme hier malgré notre prétention au progrès et à ses mirages.

Nous sommes libres, nous aussi, de rejoindre Fanny dans son univers, elle ne fait que nous y inviter avec discrétion et humilité. Elle ne vous parlera pas d’elle comme le font souvent ceux qui ont à dissimuler l’indigence de leur travail. Elle vous guidera seulement à travers son peuple. Renoncer à la suivre serait se priver d’une parcelle d’éternité, presque une faute. Martine GASNIER, juin 2013

Horaires

Visite libre

Accès

61400 Mortagne-au-Perche

Contact

Office de tourisme 02 33 83 34 37