1. Accueil Réseau des musées de Normandie Réseau des musées de Normandie
  2. >
  3. Musées de Normandie Musées de Normandie
  4. >
  5. Musée des beaux-arts de Saint-Lô Musée des beaux-arts de Saint-Lô

Musée des beaux-arts de Saint-Lô

Musée des beaux-arts de Saint-Lô Place du Champs de Mars Centre culturel Jean Lurçat 50000 Saint-Lô

Musée des Beaux-Arts
Place du Champs de Mars
Centre culturel Jean Lurçat
50000 Saint-Lô

02 33 72 52 55

Musée des beaux-arts de Saint-Lô

Saint-Lô (50)

Le musée des beaux-arts de Saint-Lô présente des collections très diverses : la peinture est représentée du XVIIe au XXe siècle par de nombreux artistes comme A. Dubois, J. Jordaens, Fouace, Pécrus, T. Rousseau, C. Corot, J.F. Millet, E. Boudin, G. Moreau, M. Denis, F. Léger mais aussi par des portraits de la famille des Matignon-Grimaldi. La tapisserie, exposée dans plusieurs salles, va du XVIe au XXe : Jean Lurçat, Grau Garrida… Une rotonde accueille le chef d’oeuvre du musée, « la tenture des Amours » de Gombault et Macée, tissée à Bruges à la fin du XVIe siècle. Un cabinet présente des dessins de J. Callot, D. Tiepolo, T. Géricault, G. Doré. La visite du musée se termine par une évocation de l’histoire de la ville : vestiges de monuments, trésor monétaire du XVe siècle, donation Octave Feuillet, donation Jean Follain…

Logo Musée de France

Langues parlées :

French

Disponible sur place :

- Boutique
Vidéo présentation du musée
  • Horaires

  • Tarifs

  • Accès

  • Éditions

  • Le musée

  • Horaires

    Ouverture

    Du 1er juin au 30 septembre
    ouvert du mardi au dimanche de 13h30 à 18h30

    Du 1er octobre au 31 mai
    ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h

    Fermeture

    Fermé le lundi

    Du 1er juin au 30 septembre
    fermeture de la billetterie à 18h

    Du 1er octobre au 31 mai
    fermeture de la billetterie à 17h30

  • Tarifs

    Tarif plein

    Hors période d’exposition temporaire
    Visite libre individuelle : 4€50

    En période d’exposition temporaire
    Visite libre individuelle : 5€50

    Visite guidée / Ateliers /Animations
    6€

    Sur réservation et suivant programmation

    Pass 2 Musées
    7€50

    Tarifs réduits

    Hors période d’exposition temporaire
    Visite libre individuelle : 2€50

    En période d’exposition temporaire
    Visite libre individuelle : 3 €

    Groupes
    Visite libre groupes (à partir de 6 personnes payantes) 3€50/personne

    Visite guidée / Ateliers /Animations
    Enfants jusqu’à 12 ans : 3€
    Moins de 4 ans : exonération du droit d’entrée

    Sur réservation et suivant programmation

    Pass 2 Musées
    4€

  • Accès

    Adresse

    Centre culturel Jean Lurçat
    Place du Champ de Mars
    50000 Saint-Lô

  • Groupes

    Contact

    Activités et visite de groupes personnalisée sont possibles sur demande. Renseignements au : 02 33 72 52 55.

  • Éditions

  • Le musée

    La fondation du musée des Beaux-Arts en 1835
    Créé par la société d’agriculture, d’archéologie et d’histoire naturelle de la Manche en 1835 dans le but de réunir des « produits d’histoire naturelle, des objets d’art ou d’industrie » ainsi que des documents anciens, le musée se vit très vite enrichi par les dons des familles aristocratiques manchoises de La Tour du Pin en 1838 et des Lebrun en 1840.

    Le transfert des œuvres à la fin du 19e siècle dans une nouvelle structure
    Un nouveau musée fut créé à la fin du 19e siècle rue Havin, il abritait en plus de sa collection de Beaux-Arts des collections d’archéologie et d’histoire naturelle si joliment décrites par Jean Follain (1903-1971) dans « Chef-lieu ».

    La sauvegarde de l’essentiel des œuvres grâce au déménagement de 1940
    En 1940, afin d’éviter le pillage et les destructions de la guerre, la décision fut prise par l’état d’abriter hors des musées leurs collections d’art. Dispersée dans plusieurs endroits de France la majeure partie des collections saint-loises furent sauvées du désastre des bombardements mais les collections d’histoire naturelle, elles, furent en grande partie détruites ou volées. Avec les fonds obtenus des dommages de guerres à la fin des années 1960, le musée des Beaux-Arts se lança dans une politique d’acquisition d’œuvres d’art notamment celles de la section des peintures allant des paysages héroïques au pré-impressionnisme. Peu après la guerre, les collections réintégrèrent le musée abrité sous l’Hôtel de Ville de Saint-Lô jusqu’en 1989.

    L’actuel musée des Beaux-Arts
    C’est au docteur Jean Patounas, maire de 1983 à 1989, que l’on doit la construction d’un musée digne de la cité préfectorale et de ses collections. La conception en fut confiée à l’artiste saint-lois Eugène Leseney en 1987 et les travaux s’achevèrent en 1989. Le choix de l’implantation, au cœur de la ville, le geste architectural, à la fois contemporain et intemporel, affirment la volonté d’enrichir le patrimoine de la ville d’un équipement public majeur et de qualité et, en même temps, d’offrir aux collections un écrin des plus valorisants.
    La conception architecturale du musée a suivi le cheminement qu’engendraient les collections tant celles-ci nécessitaient un parcours aéré et ouvert. Lorsqu’on pénètre dans ce lieu on y est tout de suite saisi par l’atmosphère douce induite par le mélange savamment organisé des lumières artificielles et de la lumière changeante du jour. Des puits de lumière végétalisés viennent apporter au visiteur la quiétude nécessaire à une visite paisible.

    Les collections

    Les peintures
    Une part importante des collections du musée des Beaux-Arts est composée de tableaux du 17e au 20e siècle, nombre d’entre eux ayant rejoint le musée par donation, en particulier celle de la famille Feuillet. On peut y voir des Van Loo, une œuvre de jeunesse du baron Gros, Corot, Boudin, Vollon, Fouace, Rozier, Chardon, Rousseau, Campain, Millet et tant d’autres œuvres d’artistes aux origines diverses et non uniquement locales ou normandes.

    Les tapisseries
    Le Musée des Beaux-Arts possède de nombreuses tapisseries datant du 16e siècle jusqu’au 20e siècle. Les tapisseries de Gombault et Macée (XVIe siècle) pièces maîtresses de la collection voisinent celles des ateliers d’Aubusson (18e siècle) et quelques œuvres plus contemporaines comme celles de Jean Lurçat, Mategot, Grau Garriga, Picart Ledoux, Vogensky.

    La diversité du musée
    Outre la peinture et les tapisseries, le musée regorge d’œuvres d’une grande diversité. Bien des arts y sont représentés comme, le vitrail, les émaux, la lithographie ou encore la sculpture avec Coutan ou Leduc. Les sciences et les techniques tiennent aussi leurs places avec la numismatique, les objets précieux, l’archéologie et les éléments d’architecture provenant, entre-autre du Saint-Lô médiéval.

    Les Hommes font l’histoire de Saint-Lô
    Le musée des beaux-arts propose aux visiteurs de découvrir un espace consacré à la riche histoire de Saint-Lô depuis le Néolithique jusqu’à sa reconstruction, sur plus de 300 m².
    Illustrée par des collections variées récemment enrichies, c’est également par le biais d’une scénographie innovante (reconstitutions, aménagement multimédia) que le visiteur va se voir conter l’histoire de Saint-Lô. L’Histoire nous apprend que la ville fut détruite à deux reprises : lors des guerres de religions et lors de la seconde guerre mondiale. C’est donc à deux reprises que Saint-Lô a su renaître de ses cendres.
    Lors des bombardements de juin 1944 et des combats qui suivirent, la ville de Saint-Lô fut anéantie à 95 %. Surnommée « capitale des ruines », elle va se relever grâce à la volonté de ses habitants et aux formidables moyens mis en œuvre lors de la Reconstruction. La nouvelle scénographie abordera différents thèmes de cette période de l’histoire de Saint-Lô : l’Occupation, la Résistance, les bombardements du 6 juin 1944, la Reconstruction, les baraquements, le centre hospitalier Mémorial France/Etats-Unis et l’hôpital irlandais. De nombreux documents (œuvres, archives, films ou objets) sont présentés dans une muséographie moderne adaptée à tous les publics.

    La donation Le Fèvre - 2006
    Jean-Pierre Le Fèvre, né à Caen en 1933, est devenu saint-lois en 1973. Il s’y est si bien implanté qu’il est, à bien des égards, le témoin artistique de la vie de la ville. Le 21 avril 2006, la ville de Saint-Lô a reçu la donation de 24 œuvres représentatives de l’évolution de son art entre 1969 et 2004. L’artiste exprima lors de cette cérémonie le sens de son geste : reconnaissance envers sa cité d’adoption d’abord ; ensuite le souci qu’une part significative de son œuvre soit conservée, préservée, groupée, à l’abri de l’inaliénabilité des collections publiques.

    La donation Castro - 2006
    La donation de 224 œuvres réalisées de 1944 à 2004 au musée des Beaux-Arts de Saint-Lô est une date importante dans la vie de l’artiste mais aussi dans celle de la ville. Né argentin en 1922, devenu parisien de cœur depuis 1949, Castro signe en 1956-1958 sa première œuvre monumentale en créant l’immense verrière du monastère des bénédictines de Caen. C’est l’amitié de collectionneurs de la région qui 50 ans plus tard le mènera à cette donation de vaste ampleur et de grande qualité. La rencontre a lieu entre le souci de pérennité de l’œuvre de Sergio de Castro et la volonté d’une ville de prêter son musée à des expositions de l’art de notre temps. L’exposition « 60 ans de création 1944-2004 » coïncide avec la période de la reconstruction et la renaissance de la ville de Saint-Lô, évoquée dans les salles du musée. Cette « donation monument » est un encouragement à conforter l’identité d’une ville de bâtisseurs, de re-constructeurs.

    Découvrez les collections du musée en ligne

LES AUTRES MUSÉES SUR CES THÉMATIQUES