1. Accueil Réseau des musées de Normandie Réseau des musées de Normandie
  2. >
  3. Musées de Normandie Musées de Normandie
  4. >
  5. Musée Le Secq-des-Tournelles

Musée Le Secq-des-Tournelles

Musée Le Secq-des-Tournelles
Musée Le Secq-des-Tournelles 2, rue Jacques Villon 76000 Rouen

2, rue Jacques Villon 76000 Rouen

02 35 88 42 92

Musée Le Secq-des-Tournelles

Rouen

Le musée Le Secq des Tournelles est un musée voué aux arts du fer. La ville de Rouen lui attribua l’église Saint-Laurent, belle église de la fin du XVe siècle sauvée de la ruine en 1893 et restaurée en 1911 (pour le Millénaire de la Normandie). Le musée y fut inauguré en 1921. Les collections comptent aujourd’hui près de quatorze mille pièces, offrant au visiteur une saisissante vue d’ensemble des arts du fer (forgé, orfèvré, moulé).

  • Horaires

  • Tarifs

  • Accès

  • Le musée

  • Horaires

    Ouverture

    tous les jours, sauf le mardi, de 14h à 18h.

    Fermeture

    Fermé les mardis et les 1er janvier, 1er et 8 mai, Ascension, 14 juillet, 15 août, 1er et 11 novembre et 25 décembre.

  • Tarifs

    Tarif plein

    Accès gratuit dans les collections permanentes.

  • Accès

    Adresse

    1. Administration des musées, 1 place Restout
    2. Accès handicapés, Auditorium
    3. Accès handicapés, rue Deshays
    4. Accès au service des publics
    5. Accès à l’Association des Amis des musées

    Accessibilité

    Accès handicapés : rue Deshays

  • Le musée

    Le musée Le Secq des Tournelles est un musée voué aux arts du fer. L’idée d’une telle collection appartint à Jean-Louis-Henri Le Secq Destournelles (1818-1882), peintre formé à Paris et à Rome, devenu un des premiers photographes français. Au titre de photographe il fut requis par Prosper Mérimée pour photographier les monuments historiques de la France, dont Mérimée venait de créer le service (1845). C’est sans doute au fil de ses missions qu’il découvrit les pièces de ferronnerie qui agrémentaient les villes ou les monuments anciens. Il entreprit donc une collection vers 1865.

    Son fils, Henry (1854–1925), la continua, avant de l’offrir à la ville de Rouen où il recherchait ses ancêtres (1917). Peu avant, en 1900, cette collection passa sur le devant de la scène, lorsqu’ Henry Le Secq prêta près de mille objets à l’Exposition Universelle de Paris (section de Ferronnerie rétrospective). Le Musée des Arts décoratifs de Paris obtint alors d’en exposer une partie (publiée en 1909) : mais la place n’était pas suffisante et le collectionneur préféra Rouen. La ville de Rouen, consciente du patrimoine exceptionnel qui s’offrait là, lui attribua l’église Saint-Laurent, belle église de la fin du XVe siècle sauvée de la ruine en 1893 et restaurée en 1911 (pour le Millénaire de la Normandie).

    Le musée y fut inauguré en 1921 : "Le musée Saint-Laurent ouvre ses portes, les visiteurs abondent, les ferronniers d’art trouvent des sujets d’étude, les amateurs des sensations artistiques", écrit le donateur comblé. Jusqu’à sa mort en 1925, il continue à enrichir et à remodeler le musée dont il est devenu le conservateur. Après lui, quelques connaisseurs y ajoutent des pièces de choix : don d’Allemagne (1951), legs Bréard (1951) ou Sangnier-Dessirier (1957). L’ensemble ainsi rassemblé compte aujourd’hui près de quatorze mille pièces. Il offre au visiteur qui se présente à Rouen une saisissante vue d’ensemble des arts du fer (forgé, orfèvré, moulé).

LES AUTRES MUSÉES SUR CES THÉMATIQUES